La Bresse, Vosges,

îlot républicain sous l'Ancien Régime

L'auteur                          Bibliographie                               Mes liens

 

 

La coutume

***

L'administration

***

Le plaid banal

***

Le Bressau

***

Rôle du clergé

***

Les femmes 

et la coutume

***

La forêt

***

Conclusion

 

Le Bressau

A l'heure de la mondialisation et de l'unification de l'Europe il pourrait paraître complètement désuet de s'intéresser à la langue de nos ancêtres. Pourtant il semble justement que cette évolution provoque un intérêt nouveau pour la recherche de notre identité. Parmi nos racines, le langage utilisé par nos prédécesseurs nous apporte une foule d'informations sur le  mode de vie et les traditions. Nous avons la chance de posséder une véritable langue qui, depuis les origines de La Bresse, vers le VIII° siècle , est restée pratiquement inchangée jusqu'au début du XX° siècle.

Voici quelques extraits de la monographie du chanoine Hingre érudit local et amateur éclairé du patois bressaud :

"Le dialecte de la Haute-Moselotte appartient à la famille gauloise ou française du nord. Entre tous ses frères de la langue d' oïl, il se rapproche le plus de la langue d' oc. Sa grammaire est proche de celle du vieux français mais le phonisme et le vocabulaire divergent notablement. Il réunit toutes les articulations spéciales à chacune des langues romanes et germaniques ( à l'exception du th anglais). Il a conservé un système intégral  d'aspiration des consonnes aussi bien que des voyelles. Son vocabulaire abonde en vocables que les autres ont perdus ou n'ont jamais possédés.  Ses affinités avec les langues dites celtiques et les langues germaniques sont nombreuses et très frappantes. Enfin,  nous pensons qu'il surpasse tous les dialectes français par la vigueur de son caractère et l'originalité de sa physionomie."

La grande difficulté, quand on aborde le Bressau, consiste dans sa prononciation et son orthographe. Il n'est pas simple d'interpréter certains signes graphiques utilisés pour restituer notamment ce que les linguistes appellent la constrictive de Zéligson, notée  hh  ou h  et que le chanoine Hingre  note  kh.

Petit exercice de prononciation:

Quand un bressaud se trouve dans une atmosphère lourde et orageuse, il vous dit qu'il fait  khtoffe, ou lorsqu'il voit une poule qui gratte le sol avec sa patte, il vous dira qu'elle khatelle.

Le chanoine Hingre définit ainsi la prononciation de son h et de son kh :

" Lorsque le souffle vocal, en s'exhalant de la poitrine, produit un frôlement sensible, mais doux,  sur les parois du larynx,  et s'échappe de la bouche sans recevoir de modification particulière ni du palais, ni des dents, ni des lèvres avec le concours de la langue, il constitue l'aspiration gutturale, qui s'écrit par l'h aspirée. Lorsque ce frôlement est reporté, avec le souffle vocal, à la surface du palais, où il augmente notablement de vivacité et de rudesse, il donne l'aspiration , ou mieux , la spiration  palatale que nous écrirons par  kh."

Après ces explications dignes de Molière dans le Bourgeois Gentilhomme, si vous éprouvez encore des  difficultés dans la restitution exacte du kh ou hh, faites vous donc aider par un bressaud ou une bressaude qui a gardé en mémoire les subtilités de la spiration palatale.

Le français, l'italien, le portugais et l'anglais n'ont pas la spiration palatale, mais vous pouvez la retrouver dans le ch allemand et latin, le x grec, le c'h breton, le X russe, les x , g doux et j espagnols  et la plupart des langues orientales par exemple : Khaled, le chanteur raï.

Quelques exemples avec  kh  en début de mot :

        kha                        sec

        khcalofe               épluchure

        khivée                  congère

        khkeupa               crachat

        khmiqué                flairer

        khpaurié                nettoyer un terrain

        khcafe                    coquille

        khnatte                    bûchette

        khpétesse               claquement sec

 

- avec kh à l'intérieur des mots:

                            akha                        hier  soir

                            bale- kheu              belle-soeur

                            beukhto                   tordu

                            bwekhtiou                boiteux

                            aukhtant                  autant

                            breukhté                  broussailles

                            meukhté                   humide

                            poukhé                       porc    

 

retour