La Bresse, Vosges,

îlot républicain sous l'Ancien Régime

L'auteur                          Bibliographie                               Mes liens

 

 

La coutume

***

L'administration

***

Le plaid banal

***

Le Bressau

***

Rôle du clergé

***

Les femmes 

et la coutume

***

La forêt

***

Conclusion

 

Les femmes et la coutume.

Au vu de l’évolution de la condition féminine acquise de haute lutte par les intéressées et avec l’aide de quelques hommes, on pourrait supposer que plus on remonterait dans le temps et plus la place occupée par les femmes serait réduite. A la lecture de la coutume bressaude on s’aperçoit que, bien que l’homme occupe toujours une place prépondérante, celle de la femme est loin d’être négligeable. Elle était en fait mieux traitée par cette coutume que par les lois de la république française.

On note qu’en effet, en cas de décès de son mari « elle emporte la moytié contre les enfans et héritiers. »

La veuve peut, à sa demande, obtenir l’aide d’un « adjoint » pour défendre ses intérêts devant la justice.

Les veuves et les femmes célibataires possédaient le droit de vote pour l’élection des magistrats de la commune, la famille étant représentée par son chef.

Les femmes participaient, au même titre que l’ensemble de la population, à l’élection des jurés par acclamation en mêlant leurs « voix » aux clameurs générales.

Elles et elles seules, cette fois, élisaient les sages-femmes qui devaient ensuite prêter serment devant le curé pour pouvoir exercer.

Les différents auteurs qui, jusqu’à présent, évoquaient les célébrités d’origine bressaude, ont exclusivement porté leur intérêt sur les « hommes célèbres ».

Je voudrais ici, pour clore ce sujet, retenir votre attention sur la personne de Camille Claudel dont le père est né à La Bresse et dont les racines bressaudes sont connues jusqu’en 1530.

Apparentée à la plupart des familles de la commune, cette sculptrice talentueuse a été complètement éclipsée par son frère Paul et par son maître Rodin qui s’appropria, dans l’indifférence générale, son talent, sa vie, sa raison et son corps.

Depuis quelques années, justice lui est enfin rendue par différentes oeuvres littéraires et cinématographiques. Très récemment, un ballet lui est également consacré.

retour